Vins Et Millesimes

Edition du 13/09/2016
 

BESTHEIM

Tradition

BESTHEIM

Le “B” stylisé est le fil conducteur et identitaire de la maison Bestheim, afin d’obtenir une reconnaissance optimale. Ces évolutions portent sur la capsule qui passe en aluminium, le bouchon marqué du logo, les bouteilles Réserves et Médaillées sont désormais en bouteilles marron dite “feuille morte”, des étiquettes adhésives au papier haut de gamme sont verticales afin de mettre la bouteille en valeur. L’objectif avec ce nouvel habillage est d’apporter plus de lisibilité et d’élégance. Autre information à souligner enfin, la gamme Réserve est rebaptisée Classic.


En janvier 2015, nous avons fait une fusion amicale entre voisins, mariage réussi entre la Cave de Kientzheim-Kaysersberg et Bestheim : cela induit une restructuration qualitative du vignoble mais aussi humaine. La recherche d’approvisionnement de qualité, toujours délicate, a conduit à ce mariage, qui nous a apporté de prestigieux Grands crus comme le Schossberg et le Furstentum, ainsi que de nouveaux clients à l’export. Bestheim est le premier opérateur alsacien avec 1380 ha et 491 familles d’adhérents. La marque vend 15 millions de bouteilles par an et exporte 33% de sa production dans plus de 20 pays. Cette union a renforcé des positions déjà bien acquises et tournées vers l’excellence de sa production et la pertinence économique de son modèle. La finalité de Bestheim est d’affirmer son statut de marque référente du vignoble alsacien. Cette fusion est une nouvelle aventure, ajoute Thierry Schoepfer, après avoir investi il y a peu, 20 millions d’euros dans une nouvelle cave ultra performante sur le site historique de Bennwihr, nous ajoutons à notre palette de beaux terroirs particulièrement prisés et des Grands Crus à notre gamme.”

   

BESTHEIM

Directeur général : Thierry Schoepfer
3, rue du Général de Gaulle
68630 Bennwhir
Téléphone : 03 89 49 09 29
Télécopie : 03 89 49 09 20
Email : vignobles@bestheim.com

Site : www.vinsdusiecle.com/bestheim




> Le palmares des vins


CLASSEMENT BOURGOGNE ROUGES
e_bourgogne_rouge.jpg
LES MEILLEURS RAPPORTS QUALITE-PRIX-TYPICITE DE L'ANNEE

Les Classements du site sont réactualisés en permanence dans l'année en fonction des dernières dégustations (derniers ou anciens millésimes, coups de cœur, déceptions...) et peuvent donc être différents de ceux du Guide "papier", qui ne peut être remis à jour avant la prochaine édition

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

GEVREY-
CHAMBERTIN
FIXIN
AUTRES
ESMONIN (GCh)
GELIN (Fixin)
Philippe LECLERC (GC)
Pierre BOURÉE (Ch Ch)
Marc BROCOT (Mars.)
FOUGERAY DE BEAUCLAIR
SEGUIN MANUEL
Nicolas POTEL
MOREY SAINT-DENIS
CHAMBOLLE-
MUSIGNY

Clos des LAMBRAYS (MSD)
MONTS-LUISANTS (MSD)
Pierre AMIOT (Clos de la Roche)
François BERTHEAU
COQUARD-LOISON-FLEUROT (ChM)
VOSNE-ROMANEE
NUITS ST GEORGES VOUGEOT
COTE DE NUITS
CHEVILLON-CHEZEAUX (N)
COUDRAY-BIZOT (É)
GROS (Gd-É)
René CACHEUX
Manuel OLIVIER
POULETTE (Vr)
BERTAGNA
LOUIS LATOUR
VOLNAY
POMMARD
AUTRES

AMPEAU (V)
Antonin GUYON (V)
PRIEUR-BRUNET (V)
Michel PRUNIER (AD)
VIRELY-ROUGEOT (P)
Albert BOILLOT (P)
B. DELAGRANGE (V)
DICONNE (AD)
MUSSY (P)
POULLEAU (V)
VIOLOT-GUILLEMARD (P)
NUDANT (V)
CORTON
COTE DE BEAUNE AUTRES

ANTONIN GUYON (C)
MAREY (C)
Clos BELLEFOND (S)
Gérard DOREAU (Mo)
DUBREUIL-FONTAINE (C)
Jean-Jacques GIRARD (PV)
DENIS (AIC)
JAFFELIN (PV)
CHOUPETTE (S)
COTE CHALONNAISE MACON
AUTRES

HEIMBOURGER (Irancy)
Alain VIGNOT
Eric DARLES (Irancy)



DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

GEVREY-
CHAMBERTIN
FIXIN
AUTRES
(Henri REBOURSEAU (Ch)*)
DEREY (Fixin)
Olivier GUYOT
MOREY SAINT-DENIS
CHAMBOLLE-
MUSIGNY

(PIERRE NAIGEON (CHM)*)
VOSNE-ROMANEE
NUITS ST GEORGES VOUGEOT
COTE DE NUITS
Jean PETITOT (Côte Nuits)
VOLNAY
POMMARD
AUTRES

PIGUET-CHOUET (AD)*
COSTE-CAUMARTIN
CORTON
COTE DE BEAUNE AUTRES

JACOB (C)
ARDHUY (C)
COTE CHALONNAISE MACON
AUTRES

BERGER-RIVE

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

GEVREY-
CHAMBERTIN
FIXIN
AUTRES
(Ch. de MARSANNAY (Ch))
MOREY SAINT-DENIS
CHAMBOLLE-
MUSIGNY

VOSNE-ROMANEE
NUITS ST GEORGES VOUGEOT
COTE DE NUITS
(CRUCHANDEAU)
LABOURE-ROI
(CH. DE SANTENAY)
VOLNAY
POMMARD
AUTRES

(PIERRE ANDRE)
CORTON
COTE DE BEAUNE AUTRES

C.PAULANDS (AlC)
COTE CHALONNAISE MACON
AUTRES

(VAUCHER)
(PARIZE (Givry)*)

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

> Nos coups de cœur de la semaine

Château FILHOT


À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Depuis le premier Guide, millésime après millésime, la famille de Vaucelles, et désormais, Gabriel de Vaucelles, élève des vins racés, où la finesse prédomine toujours sur la puissance. La création du vignoble actuel remonte aux années 1630 à 1650. Le Château, lui-même, fut créé en 1709 par Romain de Filhot, conseiller au parlement de Bordeaux, dont la famille possédait déjà, à Sauternes la maison noble de Verdoulet. Il avait imposé, à l'époque, l’usage de l’appellation Sauternes à la place de l’ancienne appellation “vin de Langon” pour les vins liquoreux de cette région. Après la révolution, les Lur-Saluces, héritiers des Filhot par Joséphine de Filhot, gèrent le domaine. En 1840, Romain-Bertrand de Lur-Saluces (1810-1876) réunit les domaines du Château Filhot et de Pineau du Rey. En 1845, il reconstruit le Château dans un style néoclassique suivant les plans de l'architecte Poitevin et l'entoure d'un superbe parc à l'anglaise du renommé jardinier-paysagiste Louis-Ferdinand Fischer. Le Château fut noté deuxième cru dans le classement proposé en 1855 à Napoléon III par les courtiers et la chambre de commerce de Bordeaux. Classé sous son nom en 1855, le Château est ensuite diffusé mondialement, jusqu’à la fin du XIXe siècle, sous le nom de Château Sauternes. Le domaine reprend le nom de Château Filhot en 1901. En 1935, la Comtesse Durieu de Lacarelle, née Lur-Saluces, rachète à son frère le vignoble. Son fils, Louis Durieu de Lacarelle reconstitua et développa le vignoble jusqu'aux années 1970. L’une des filles de la Comtesse Durieu de Lacarelle née Lur-Saluces épousa le Comte Pierre de Vaucelles, ambassadeur de France. Leur fils aîné, le Comte Henri de Vaucelles, gèra le domaine dès 1974. Son fils Gabriel, qui participe à la gestion depuis 1996, est donc désormais aux commandes. Les 62 ha de vignes sont plantés à 60% en Sémillon, 36% en Sauvignon et 4% en Muscadelle. Les côteaux sont orientés au sud ou au sud-ouest et sont constitués de graves, argile et sable sur plateau calcaire. Bordé par le massif forestier des Landes et traversé par une petite rivière locale, le Ciron, le domaine de Filhot bénéficie de conditions micro-climatiques idéales au développement du Botrytis cinerea. Vous allez vous faire plaisir avec ce grand Sauternes 2012, très bien maîtrisé dans ce millésime délicat (où la réussite n’est pas de mise partout), suave, dense et velouté, de belle couleur, au nez riche et bien présent, dominé par des notes de pain grillé et de fruits confits, tout en bouche. Formidable 2011, gras, de bouche veloutée, tout en subtilité d'arômes, de teinte dorée, plein de charme, alliant puissance et finesse, au nez intense de rose et de pain d'épices, de garde. Le 2010, avec ces senteurs où s'entremêlent les agrumes confits et la brioche, de bouche ample et savoureuse, est un vin délicat, tout en subtilité, que je vous conseille avec des escalopes de foie gras aux pommes ou un canard aux pêches. Tout en nuances suaves, le 2009, de très belle matière riche et onctueuse, de grande concentration, aux arômes délicats d’agrumes (pêche, pamplemousse), un vin bien équilibré et d’une belle élégance, de garde, évidemment. Le 2008, puissant aux papilles, d’une très belle persistance aromatique, avec des notes d’agrumes et de tilleul, est très structuré en finale. Splendide 2007, d’une grande finesse, un grand vin gras, de bouche intense, très équilibré, avec ces nuances de rose, de pain brioché et de pêche surmûrie, de grande évolution, l’une des plus belles réussites de l’appellation dans ce millésime. Le 2006 d’une belle longueur, typé et puissant au nez comme au palais, aux senteurs délicates mais intenses. Très beau 2005, dense et velouté, de belle couleur, au nez riche et bien présent dominé par des notes d’agrumes très mûrs et de pain grillé, intense, de bouche pleine et d’une grande élégance, d’une longue finale, de grande évolution. Le 2003 se goûte remarquablement bien, délicat mais dense, avec des notes de noisette et de miel, associant souplesse et structure, un vin tout en finesse, d’une longue finale, à la bouche fondue. On peut visiter le parc de cette belle demeure à l’italienne datant de 1845, avec son magnifique pigeonnier de Pineau du XVIIe. Le château organise de nombreuses manifestations durant l’année qui méritent une visite. Des rassemblements sportifs profitent aussi du cadre exceptionnel du vaste parc du Château Filhot : la Raisin d'Or le week-end du 11 novembre et le Marathon de Sauternes le 1er juin.

Comte Gabriel de Vaucelles

33210 Sauternes
Téléphone :05 56 76 61 09
Télécopie :05 56 76 67 91
Email : filhot@filhot.com
Site personnel : www.filhot.com

Château FABAS


À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Au nord-est de Carcassonne, dans la zone centrale du Minervois, terroir dit “les Balcons de l’Aude”, cette ferme fortifiée moyenâgeuse est un domaine d’un seul tenant de 158 ha avec quelque 63 ha de vignes dont 45 plantés en Minervois. C'est sur ce domaine aux multiples senteurs méditerranéennes que Roland Augustin et ses deux fils, Yann et Loïc, élèvent avec un soin méticuleux des vins intenses, complexes et expressifs. Pour mieux comprendre la spécificité de chaque cuvée du Château Fabas, il faut en connaître les origines, les cépages et le type d’élevage. Le Domaine s’appuie sur un décor de buttes exposées au plein midi, témoin de l’ancien relief aux très fortes pentes où aucune culture n’est possible, seuls les pins d’Alep et la végétation méditerranéenne s’agrippent sur les sols rouges des collines. Les vignes s’étalent sur deux niveaux sur un relief inversé, les terrasses hautes avec les sols les plus anciens et les terrasses basses avec les sols les plus jeunes. Les sols sont argilo-calcaires, dans les hauts, le silex affleure sur les terrasses, et le grès sur les pentes. “En 1996, nous raconte Roland Augustin, nous avons revendu nos 3 ha 80 de Champagne et cherché une propriété pour avoir plus d’indépendance et nous développer. Nous cherchions une région agréable et au potentiel qualitatif. Nous avons visité environ 80 propriétés dans le sud de la France... cela nous a pris plus de deux ans avant de trouver Château Fabas. L’exploitation compte 158 ha et nous avons remanié le vignoble pour atteindre 63 ha dont 45 en AOC et 18 ha en vins de cépage. Nous avons beaucoup planté les cépages régionaux et replanté du Cabernet franc, du Sémillon et du Petit Verdot, des cépages que l’on voit plus du côté de Bordeaux, un nouveau challenge. Avec mes deux fils, nous sommes une structure familiale, et cela nous permet de travailler avec beaucoup de souplesse et de réactivité. Nous ne recherchons pas l’effet millésime, je suis d’origine champenoise et les champenois travaillent comme cela. J’ai créé un goût Fabas et tient à le conserver pour donner une régularité qualitative à mes vins. Nous vendons 50% France et 50% export. Nous avons un accueil très chaleureux ici, avec un caveau de vente, sommes ouverts toute l’année, c’est un avantage réel pour les clients d’être reçus par la famille. Nous avons à cœur de maintenir de très bons rapports qualité-prix, face à des prix exorbitants en Languedoc, je pense qu’il faut garder notre spécificité : “sans authenticité, point d’émotion”. Nous avons fait de gros investissements au niveau de la cave, et replanté ces dernières années. Nous avons donc acheté un groupe de froid beaucoup plus puissant, une table de tri automatique pour éviter au maximum les goûts herbacés et pouvoir effectuer des macérations plus longues pour extraire le plus possible et, enfin l’achat d’un pressoir pneumatique.” “Le 2014 nous promet des vins assez légers, nous dit Loïc Augustin, pas trop d’alcool ce qui plaît aux consommateurs, les Syrahs étaient bien mûres. Nous n’avons pas poussé trop l’extraction, nous privilégions le fruit. Ce sera un millésime très agréable à déguster rapidement. De toutes manières, au Château Fabas, nous n’aimons pas les vins trop corsés ou riches en alcool. Les consommateurs, eux aussi, recherchent plus de finesse, de légèreté, un vin pas trop puissant, plutôt aromatique.” Superbe Minervois cuvée Seigneur 2012, né de la complexité des cépages implantés, depuis plus de 30 ans, exposés sud, 25 hl/ha de rendement. La Syrah, 60%, dominante dans cette cuvée, donne sur ce terroir des raisins très parfumés. Le Grenache, 40% a un enracinement très profond qui lui assure bonne régularité et maturité. Le vin est charnu, avec des notes prononcées d’épices, des arômes de fruits confits. Le Minervois Le Moural 2012, avec un peu moins de structure que la Cuvée du Seigneur, tout en rondeur, aux arômes de cerise confite. Le Minervois Serbolles blanc 2014 (base de Vermentino et Grenache blanc), à dominante de poire, de fleurs blanches et d’amande, d’une belle persistance, dense au nez comme en bouche, mêle élégance et structure.

Roland, Yann et Loïc Augustin

11800 Laure-Minervois
Téléphone :04 68 78 17 82
Télécopie :04 68 78 22 61
Email : chateaufabas@wanadoo.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/chateaufabas

Château du GRAND-CAUMONT


À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Le Château du Grand-Caumont est l’un des plus vastes domaines des Corbières avec 100 ha de vignes sur des sols argilo-calcaires en terrasses et des sols de graves très filtrants (cépages Syrah, Grenache et Carignan de plus de 50 ans). Il existait déjà à l’époque romaine et avait été baptisé Villa Manzanetto. C’est en 1906 que Louis Rigal, fondateur du célèbre Roquefort Rigal l’achète puis le transmet à son fils Louis, son épouse Françoise Rigal prend le relais au début des années 1980. Sa fille Laurence la rejoint en 2003 et assure depuis la gestion du domaine. Depuis 30 ans, des efforts importants ont été effectués afin de moderniser les bâtiments, diversifier l’encépagement, optimiser les cultures, affiner les vinifications... Laurence Rigal peut être fière de ce Corbières rouge Impatience 2012 (45% Carignan noir, 45% Syrah et 10% Grenache noir, avec un élevage en barriques durant 12 mois pour 40% de l’assemblage), de couleur profonde, au nez complexe de fruits mûrs avec des notes de fumé, de belle robe soutenue, épicé comme il se doit.  Beau Corbières Réserve de Laurence rouge 2013, Carignan noir vieilles vignes vinifié en raisin entiers 25%, Carignan noir égrappé vinification traditionnelle 10%, Syrah vinification raisin entiers 10%, Syrah égrappée vinification traditionnelle 45%, Grenache noir égrappé vinification traditionnelle 10%... le tout donnant ce vin d’une belle structure, aux tanins veloutés, bien charnu comme il se doit, de robe intense, puissant en bouche, aux tanins bien équilibrés, aux notes de fruits noirs mûrs et de cannelle, complexe. Le Corbières rouge cuvée Spéciale 2012 est de couleur pourpre intense, au nez présent avec des notes de violette, des nuances de garrigue et de cerise noire. Tout en bouche, le Corbières Château du Grand Caumont Tradition rosé, 40% Syrah, 40% Cinsault, 10% Grenache noir et 10% Grenache blanc, très aromatique, à la fois ferme et friand. Joli Corbières Tradition blanc 2014, 60% Grenache blanc et 40% Vermentino, de robe jaune clair, complexe avec cette subtile pointe de fruits secs bien caractéristique en finale, tout en rondeur.

Laurence Rigal

11200 Lézignan-Corbières
Téléphone :04 68 27 10 82
Télécopie :04 68 27 54 59
Email : chateau.grand.caumont@wanadoo.fr
Site personnel : www.grandcaumont.com

DOMAINE DE L'ANGLADE


Propriété de la famille Van Doren depuis trois générations (1925), le Domaine de l’Anglade est l’unique domaine viticole au cœur du Lavandou, dans le Var. Entouré de pinèdes et de cannes de Provence, le domaine d’une quarantaine d’hectares, dont 18 ha de vignes, est intégré dans un écrin de verdure, au bord de la mer. Les pieds dans l'eau, le Domaine de l'Anglade a des atouts naturels exceptionnels et Bernard Van Doren, propriétaire-récoltant - vigneron indépendant, travaille pour les préserver. On cultive la vigne le plus naturellement possible en collaborant avec l'environnement pour y créer une biodiversité bénéfique : pas d'engrais chimiques, pas d'herbicides, enherbement, utilisation de copeaux de canne pour structurer le terrain. La récolte est faite à la main au petit matin pour conserver la fraîcheur de la nuit et préserver les subtils arômes des baies. Grâce à cette alchimie, les vins du Domaine de l’Anglade ont su conquérir en quelques décennies leurs lettres de noblesse et se retrouver sur de grandes tables qui portent haut les couleurs de la gastronomie et des vins français. Le chai est construit contre la roche naturelle, un cadre unique qui invite à un voyage d’exception. L’alliance de la pierre et du bois, matériaux nobles et fraîcheur optimale pour des dégustations-visites à couper le souffle. Visite du Domaine sur rendez-vous pour découvrir : 3 rosés incontournables : la cuvée Tradition fraîche et gourmande, Grenache-Syrah-Merlot-Cinsault ; le Rosé d’Anna, cuvée fine et élégante Grenache-Syrah-Merlot ; et « La Source », un rosé Haute-Couture, Merlot-Grenache, éditée en série limitée de 3000 bouteilles. L’unique cuvée en blanc, « le Blanc » sec et frais, Rolle-Sémillon. 3 rouges : le « Grenache-Syrah », le Merlot mono cépage, et l’exception « Cuvée du Brocard », pur Cabernet Sauvignon élevé en fûts de chêne Français.

Bernard Van Doren
Avenue Vincent Auriol
83980 Le Lavandou
Téléphone :04 94 71 10 89
Télécopie :04 94 15 15 88
Email : domainedelanglade@vinsdusiecle.com
Site : domainedelanglade
Site personnel : www.domainedelanglade.fr


> Nos dégustations de la semaine

Château la TOUR BLANCHE


Au sommet. Les 37 ha de vignes sont plantés sur une croupe à la surface graveleuse et au sous-sol argilo-calcaire qui culmine à 60 m, assurant un parfait drainage, une parfaite ventilation et une parfaite exposition. Les vendanges s'effectuent par tries successives (jusqu'à 6 passages) pour ne ramasser que les meilleures grappes, voire les meilleurs raisins. La fermentation alcoolique s'effectue en barriques. Tous les soins sont apportés aux vins avec un suivi précis (ouillages réguliers, soutirages tous les trois mois, élevage en barriques 16 à 18 mois, collage, stabilisation tartrique, filtration...). Une équipe dynamique et professionnelle veille aux destinées des vins. Doté des installations les plus modernes, le Château La Tour Blanche est également une École dévouée aux métiers du vin, une référence dans la région.
Belle réussite avec leur Sauternes 2010, gras, aux senteurs persistantes, de bouche veloutée, tout en subtilité d'arômes, de teinte dorée, avec des notes de tilleul et d'abricot très mûr, de garde. Beau 2009, d'une robe dorée intense, plein de charme, alliant puissance et finesse, au nez intense de rose et de pain d'épices, de garde. Le 2007 est de robe jaune doré, alliant puissance et charme, aux arômes de narcisse et d'épices, d'une longue finale complexe où se développent des arômes de fruits confits, de grande évolution. Aucune hésitation, bien entendu.

Directeur : Alex Barrau

Château CERTAN de MAY de CERTAN


À la tête des Premiers Grands Vins Classés. “Nous cultivons en Terras Vitis, nous explique Jean-Luc Barreau, donc de façon très raisonnée et parcimonieuse, nous avons d’ailleurs beaucoup d’insectes dans le vignoble. Nous avons la volonté de préserver ce patrimoine et de le faire perdurer.
Par exemple, le millésime 2012 n’a pas été une année facile. Cependant, à Pomerol, sur nos terroirs, nous avons été chanceux. Il a fallu être vigilant toute l’année jusqu'à la vendange. Nous avons eu une belle fin du mois d’août et un mois de septembre très propice, et cela a permis de parfaire la maturité. J’ai même décidé d’avancer la date de vendange de trois jours car les raisins étaient parfaitement mûrs. À l’élevage, les Vins me surprennent, ils seront très intéressants, ont beaucoup de charme.
Je suis très concerné par la culture bio, cela fait déjà 12 ans que nous sommes certifiés Terra Vitis avec un cahier des charges à respecter. Il faut parfois jongler et accepter de faire tomber quelques grains, l’exposition des vignes... plusieurs paramètres ont joué en notre faveur. Depuis 20 ans, nous avons tous les moyens pour mieux maîtriser nos vignes et il faut être raisonnable sur les rendements, c’est fondamental pour la qualité des Vins. Tout se joue avec l’équilibre par pied de vigne: dimension des grappes, vendanges vertes, état sanitaire, aération pour éviter les maladies... Il faut savoir prendre les bonnes décisions et réagir vite. Je travaille avec passion en pratiquant une politique volontariste de qualité.
Pour moi, ce qui importe dans le vin, c’est le fruit, le bois booste un peu le vin mais c’est le fruit qui prime. Nous allons refaire le cuvier à Pomerol car je souhaite avoir l’infrastructure pour faire du parcellaire, j’ai fait faire des recherches sur le sous-sol (carottage de 1,5 m) de chaque parcelle de Certan de May par la Chambre d’Agriculture. C’est surprenant, il y a des graves tellement compactes que les racines ont du mal à descendre. Je travaille de la même façon sur les autres vignobles, vendanges vertes, récolte à la main, tables de tri, je fais des vinifications un peu plus modernes que pour le Pomerol mais je limite les rendements, toujours au-dessous de ceux fixés par l’appellation.
Notre Lussac Château Poitou vieillit en barriques 12 mois, ce qui lui donne une belle aptitude de garde. Je tiens à valoriser mes Vins qui sortent toujours parmi les premiers en dégustation à l’aveugle. Je pars du principe que dans le temps les bons Vins se vendent toujours, donc mon objectif reste toujours la qualité. Je vais présenter ce vin en bouteilles lourdes, changer l’étiquette, des efforts qui soulignent la qualité des Vins.
Depuis quelques années, nous nous avons des vendanges séquencées en fonction du suivi du vignoble, de la maturité des parcelles, on ne vendange plus les Merlots en une seule fois, on passe au moins quatre fois pour ne ramasser que les grains murs. Heureusement, je fais de nombreux prélèvements quatre semaines avant les vendanges, j’ai ainsi déterminé le moment propice pour vendanger.
En 2013, nous avons donc vendangé rapidement pour préserver le potentiel qualitatif, avons réalisé de tous petits rendements, quelque 18 hl/ha, nous n’avons donc mis en cuves que le meilleur. C’est un millésime qui a demandé beaucoup de soins, en amont, à la vigne. Je veille sur mes vignes avec amour, j’y suis constamment, et c’est ce qui a fait la différence. Ce 2013 a donc été un millésime délicat car il a fallu suivre le vignoble tout au long de l’été. La vinification du 2013 a été très douce, j’ai l’habitude d’effectuer des vinifications de façon très délicate sans trop d’aération avec de tous petits remontages, mais, pour ce millésime, j’ai été encore plus précautionneux. Le 2013 est un vin qui, à la dégustation, offre un joli fruité avec une certaine complexité, la bouche est fondante, le vin est bien équilibré avec un joli retour en final de bouche. C’est un vin très réussi qui sera agréable à déguster dès 2017 mais qui pourra être conservé une dizaine d’années pas plus. C’est un vin plaisir, d’une jolie couleur foncée, avec une belle fraîcheur aromatique. Je suis très satisfait de la qualité du 2013 c’est un millésime de vigneron, ce n’était pas un millésime facile mais relever des défis, cela fait partie de notre métier !
En 2014, nous sommes dans un autre registre aromatique, le vin présente des arômes de fruits croquants, une belle persistance aromatique. C’est un vin complexe, plus de garde, plus structuré, un vin qu’il faudra attendre.”
Vous allez aimer ce grand Pomerol 2012, qui allie puissance et distinction, parfumé, charpenté, un vin d’une jolie concentration, aux connotations de petits fruits mûrs et de truffe, de bouche ample et très élégante. Splendide 2011, de couleur cerise intense aux reflets pourpres, au nez distingué et persistant de fruits noirs et d'épices, aux tanins bien enveloppés, un vin puissant, de belle matière, de bouche riche et harmonieuse, à prévoir avec un chapon truffé en pot-au-feu ou une terrine de perdreau.
Très grand 2010, d’une belle complexité aromatique fruité et élégant, bouche croquante, beaucoup de chair, un vin concentré en matière, aux tanins puissants et mûrs à la fois, très parfumé, dense et savoureux. Exceptionnel 2009, de belle couleur profonde, nez fruité, très belle attaque, dense, charnu, joli fruité. Bonne concentration beaucoup de fraîcheur en finale, encore fermé, bien sûr.
Superbe 2008, avec ce nez où domine le pruneau, associant structure et élégance, parfumé, dense, aux tanins bien présents, bien corsé, finement épicé, classique de son appellation, un vin complet. Formidable actuellement, le 2017, riche en couleur, bien charnu, qui sent bon la griotte et les sous-bois, de bouche puissante, un vin qui allie ampleur et souplesse, très typique du “velours” que l’on recherche dans un très grand vin de Pomerol. Superbe 2006, dans la lignée du 2005, qui a une robe sombre et violine, le nez révèle un joli fruit, avec des nuances toastées, un vin d’une grande finesse et élégance. En bouche, il est charnu, d’une belle structure, bien équilibré, un vin tout en “dentelle” avec une belle finale soyeuse et veloutée, d’un très beau potentiel de garde. Exceptionnel 2005, corsé et généreux, de bouche puissante et ample, avec ces nuances bien caractéristiques de fruits mûrs et de réglisse, de charpente solide et fine à la fois, de grande évolution. Superbe 2004, associant concentration aromatique et souplesse, corsé et typé. Le 2002 est remarquable, très typé, aux tanins puissants et équilibrés, au nez intense, de bouche harmonieuse et persistante, de garde. Mêmes propriétaires que le Lussac-Saint-­Émilion Château Poitou.

Famille Barreau

Château de BRAGUE


Depuis trois générations, la même famille veille jalousement au soin des vignes et à l'élaboration du vin du Château de Brague. Le grand-père, Maurice Trève, inventeur industriel dans le matériel ferroviaire a acquis la propriété en 1936, y consacrant tous ses loisirs. Son gendre, Jacques Galland, ingénieur agronome et industriel dans la fonderie, puis sa fille Hélène ont continué son oeuvre, modernisant et adaptant les techniques aux évolutions de la viticulture et de l'oenologie. Ses petites-filles, Noèle, architecte, et Cécile, costumière, poursuivent le travail entrepris.
J'ai apprécié le Bordeaux Supérieur cuvée de l'Étoile 2007, riche en couleur, charnu, avec ces notes de cassis, de sous-bois et de réglisse, un vin de charpente souple et très structurée. Dans la lignée, le Bordeaux Supérieur Plantier de la Reine 2007, velouté, aux tanins puissants et souples à la fois, un vin de belle couleur pourpre, bien charpenté, ample, de très bonne évolution. Le Bordeaux Supérieur 2010, coloré, aux tanins bien présents, soyeux, un vin ferme et très équilibré, tout en bouche. Séduisant Bordeaux blanc 2011, sec et souple à la fois, au nez complexe et puissant (acacia, fougère, pomme), de bouche ample. Aucune hésitation.

Noèle Galland

> Les précédentes éditions

Edition du 06/09/2016
Edition du 30/08/2016
Edition du 23/08/2016
Edition du 16/08/2016
Edition du 09/08/2016
Edition du 02/08/2016
Edition du 26/07/2016
Edition du 19/07/2016
Edition du 12/07/2016
Edition du 05/07/2016
Edition du 28/06/2016
Edition du 21/06/2016
Edition du 14/06/2016
Edition du 07/06/2016
Edition du 31/05/2016
Edition du 24/05/2016
Edition du 17/05/2016
Edition du 10/05/2016
Edition du 03/05/2016
Edition du 26/04/2016
Edition du 19/04/2016
Edition du 12/04/2016
Edition du 05/04/2016
Edition du 29/03/2016
Edition du 22/03/2016
Edition du 15/03/2016
Edition du 08/03/2016
Edition du 01/03/2016
Edition du 23/02/2016
Edition du 16/02/2016
Edition du 09/02/2016
Edition du 02/02/2016
Edition du 26/01/2016
Edition du 19/01/2016
Edition du 19/01/2016
Edition du 12/01/2016
Edition du 05/01/2016
Edition du 29/12/2015
Edition du 22/12/2015
Edition du 15/12/2015
Edition du 08/12/2015
Edition du 01/12/2015
Edition du 24/11/2015
Edition du 17/11/2015
Edition du 10/11/2015
Edition du 03/11/2015
Edition du 27/10/2015
Edition du 20/10/2015
Edition du 13/10/2015
Edition du 06/10/2015
Edition du 29/09/2015
Edition du 22/09/2015
Edition du 15/09/2015
Edition du 08/09/2015
Edition du 01/09/2015
Edition du 25/08/2015
Edition du 18/08/2015
Edition du 11/08/2015
Edition du 04/08/2015
Edition du 28/07/2015
Edition du 21/07/2015
Edition du 14/07/2015
Edition du 07/07/2015
Edition du 30/06/2015
Edition du 23/06/2015
Edition du 16/06/2015
Edition du 09/06/2015
Edition du 02/06/2015
Edition du 26/05/2015
Edition du 19/05/2015
Edition du 12/05/2015
Edition du 05/05/2015
Edition du 28/04/2015
Edition du 21/04/2015
Edition du 14/04/2015
Edition du 07/04/2015
Edition du 31/03/2015
Edition du 24/03/2015
Edition du 17/03/2015
Edition du 10/03/2015

 



SIMART-MOREAU


Domaine CHEVILLON-CHEZEAUX


Château CANTENAC


Domaine MARTINOLLE-GASPARETS


Le LOGIS de la BOUCHARDIERE


Domaine Jean-Jacques GIRARD


Domaine de la CHAISE


Château TRIANS


Domaine de NOIRÉ


Domaine du P'TIT ROY


Château HAUT-CALENS


HAMM


Château LOIRAC


RENAUDIN


Gérard TREMBLAY


Château VIEUX RIVALLON



DOMAINE PIERRE MAREY ET FILS


CHATEAU HOURBANON


DOMAINE TROTEREAU


CHATEAU LA GALIANE


DOMAINE DE ROSIERS


CHAMPAGNE BOULARD-BAUQUAIRE


DOMAINE DE LA GUILLOTERIE


DOMAINE ALARY


CHATEAU PONT LES MOINES


CHAMPAGNE PIERRE MIGNON


CHAMPAGNE GOSSET


CLOS TRIMOULET


CLOS SAINT-PIERRE



 

 

© SARL MALTA. Reproduction interdite - Mentions légales