Vins Et Millesimes

Edition du 14/07/2015
 

Domaine des MONTS LUISANTS

Typicité

Domaine des MONTS LUISANTS

Au sommet. La constitution du domaine est l’œuvre de Bernard Dufouleur, qui, dans le milieu des années 1960, a acheté et échangé des parcelles diverses, pour aboutir à un ensemble homogène et cohérent. Vignoble de 3,4 ha.


“J’aime les vins plus dans la longueur que sur la largeur, raconte Jean-Marc Dufouleur. En 2007, j’ai fait des vendanges entières à 100%, c’est-à-dire non éraflées. Il faut une très belle maturité de raisins, des rafles très saines, car c’est une prise de risque et puis c’est une vinification plus difficile qui fait beaucoup plus appel aux sens du vinificateur. C’est une tradition bourguignonne. La texture du vin est alors différente. J’ai pratiqué la vendange entière en 2002, qui est un très beau millésime en Bourgogne, ainsi qu’en 2003. Au départ, les promesses semblaient identiques et, je me suis aperçu qu’en fin d’élevage, les deux vins avaient des personnalités bien différentes. La vendange entière apporte beaucoup de finesse au vin, et il est vrai que c’est une caractéristique propre au Pinot noir des grands vins de Bourgogne. Avec ce cépage associé à nos terroirs, on est moins sur le fruit, plus dans la complexité. Je laisse son libre-arbitre au client qui achète la bouteille et qui la consomme, chacun a son goût et je ne suis pas là pour le formater. J’affirme mon style, je valide mes arbitrages, je garde la main “douce” pour les tanins et qui m’aime me suive ! Je m’adresse à un public en marge, averti. Le vin est un produit essentiellement culturel, mon vin s’adresse à ceux qui ont envie de faire travailler leurs neurones. J’ai une vinothèque avec des millésimes plus anciens à vendre, à partir de 2000, qui a été mon premier millésime à vendanger, car autant il y a des amateurs de vins jeunes, croquants, autant il y en a d’autres qui préfèrent les vins d’évolution, aux arômes tertiaires que l’on retrouve uniquement dans les vins plus vieux. C’est donc particulièrement intéressant d’avoir cette “banque” de millésimes qui permet à chacun de trouver son bonheur. Pour le millésime 2013, poursuit Jean-Marc Dufouleur, nous avons eu une météo capricieuse, septembre froid et pluvieux, d’où une maturité faible. Les vendanges ont débuté le 28 septembre dans d'excellentes conditions et ont été très rapides, la vinification s'est très bien passée, l'état sanitaire était parfait, et, au final, nous avons obtenu des vins nets, francs, fruités, souples, des “vins de soif”, de plaisir. Seul hic : une quantité moindre. En 2014, belle revanche climatique par rapport à  2013, les vendanges se sont déroulées à partir du 9 septembre et tout a été pour le mieux: des vins  structurés, avec une grande sucrosité et une belle acidité, vraiment très prometteurs. En 2015, nous terminons la vente des 2012 puis l'on passera aux 2013 au 2e trimestre.” Formidable Morey-Saint-Denis Premier Cru Les Monts Luisants 2012, sol argilo-calcaire et très caillouteux, vignes de plus de 36 ans, élevage en fûts de chêne pendant 18 mois, marqué par ce grand millésime bourguignon, de robe rouge teintée cerise noire, de bouche très équilibrée, au nez où se devinent les fruits mûrs, l’humus et les épices (cannelle, poivre), opulent, qui associe charpente et distinction.  Remarquable 2011, charnu, ample, aux tanins très structurés, au nez dominé par la mûre, la violette et l’humus, de bouche épicée et persistante, un vin qui possède des tanins puissants et très fins à la fois, d’un grand équilibre, de garde comme ce grand 2010, très harmonieux, intense, aux notes de cassis très mûr et d'épices, aux tanins fermes et serrés, mais veloutés à la fois, de bouche voluptueuse, complexe, où s’entremêlent le poivre, la prune, le cuir et la cannelle.  Exceptionnel 2009, de bouche puissante, aux tanins fondus, avec ces notes bien caractéristiques de truffe et de petits fruits mûrs légèrement épicés, un vin qui se foûte déjà remarquablement bien, mais possède un réel potentiel de garde. Le 2008 exhale des notes intenses de violette, de fruits surmûris (prune, groseille) et de cannelle, gras et charnu, aux tanins riches et harmonieux, de grande évolution. Superbe 2007, racé, de couleur profonde, plein, au nez complexe où dominent les fruits mûrs et les épices, aux tanins fondus et riches à la fois, non encore à maturité bien entendu. Le 2005, encore fermé, dense et distingué, au nez très parfumé et typique dominé par la cerise et le cuir, très fin, est un vin puissant et gras comme il le faut, bien persistant en bouche, vraiment savoureux. Le 2002 est encore un grand vin racé, complexe, charnu et très savoureux, parfaitement équilibré aux arômes de fruits noirs, d’épices, d’une très belle structure, d’un équilibre superbe. Il y a également son Morey-Saint-Denis Premier Cru Les Genavrières 2010, racé, au nez de truffe et de violette, où s’entremêlent les saveurs de sous-bois et de fruits cuits, fin et dense en bouche, de garde.

   

Domaine des MONTS LUISANTS

Jean-Marc Dufouleur
51, rue du Faubourg Madeleine
21200 Beaune
Téléphone : 03 80 24 00 96
Télécopie : 03 80 22 78 87
Email : jmdufouleur@wanadoo.fr

Site : www.vinsdusiecle.com/domainedesmontsluisants




> Le palmares des vins


CLASSEMENT COTES-DE-BORDEAUX
e_cote-de-bordeaux.jpg
LES MEILLEURS RAPPORTS QUALITE-PRIX-TYPICITE DE L'ANNEE

Les Classements du site sont réactualisés en permanence dans l'année en fonction des dernières dégustations (derniers ou anciens millésimes, coups de cœur, déceptions...) et peuvent donc être différents de ceux du Guide "papier", qui ne peut être remis à jour avant la prochaine édition

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CADILLAC
CROUTE-CHARLUS
MOULIN VIEUX
CLOS DU NOTAIRE
HAUT-MACO
LA CROIX-DAVIDS
PREMIERES-COTES
DE-BORDEAUX
CAILLAVET
RICAUD
PAYRE
BAVOLIER
LAMOTHE de HAUX
MELIN
CASTILLON FRANCS
ARTHUS
BLAYE
BERTHENON
HAIE
Les GRAVES
LAGARDE
LARRAT
PONT LES MOINES
VALENTIN
PETIT BOYER
SEGONZAC



DEUXIEMES GRANDS VINS CLASSÉS

CADILLAC
HAUT-MOUSSEAU
COTS
PREMIERES-COTES
DE-BORDEAUX

ANNICHE
CEDRES
(CARIGNAN)
BRETHOUS
GENISSON
MALLIÉ CHANTE L'OISEAU
CASTILLON FRANCS
HAUT-BEYNAT
BEL-AIR
(CLOS VIEUX ROCHERS)
FILLIOL
PILLEBOIS
BLAYE

GRAND MOULIN*
GRAVES D'ARDONNEAU*
HAUT-BACON
BERGERE-BRIMAUD

TROISIEMES GRANDS VINS CLASSÉS

CADILLAC
GRAND-MAISON
REYNAUD
PREMIERES-COTES
DE-BORDEAUX

(BARREYRE)
CAVE QUINSAC
(GRIMONT)
SAINT-AMAND
CASTILLON FRANCS
(PUYFROMAGE (Francs))
BLAYE

BOTTE
PETITS-ARNAUDS

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

> Nos coups de cœur de la semaine

Château d'OLLIÈRES


Entre la Sainte-Victoire et la Sainte-Baume, non loin d’Aix-en-Provence et de Brignoles, aux portes de Saint-Maximin, le Château d’Ollières est riche d’une histoire millénaire. Ravivée par la famille Rouy, à l’aube de ce siècle, cette ancienne seigneurie profite, en effet, d’un terroir idéal pour la viticulture. On le voit avec ce Coteaux-Varois-en-Provence Clos de l’Hermitage rouge 2009, issu de sélections parcellaires sur des terroirs argilo-calcaires très pauvres de Syrah, Grenache et Cabernet-Sauvignon, coloré et complexe, au nez à la fois intense et subtil où s’entremêlent la griotte mûre, la framboise et une touche épicée, développant des tanins puissants mais très harmonieux. Le Coteaux-Varois-en-Provence Prestige rouge 2011, au nez ample et subtil à la fois, marqué par les fruits mûrs (cassis, griotte) et le truffe, aux tanins bien fondus. Excellent Clos de l’Autin rosé, d’une belle robe rose clair, aux arômes fruités de fraise, de pêche blanche, avec cette pointe de nervosité agréable, tout en finale comme le Prestige rose, aux notes de petits fruits mûrs, de jolie teinte, tout en rondeur et en maturité, marqué par un fruité persistant. Le Coteaux-Varois-en-Provence Clos du Pigeonnier blanc 2014, au nez fleuri, est suave et puissant, d’une belle persistance aromatique en bouche, avec ces notes de fumé et d’agrumes bien spécifiques.

Charles Rouy

83470 Ollières
Téléphone :04 94 59 85 57
Télécopie :04 94 59 85 57
Email : info@chateau-ollieres.com
Site personnel : www.chateau-ollieres.com

Domaine de TERREBRUNE


Le Domaine (30 ha) étale son vignoble en res- tanques (ou terrasses) sur les contreforts du massif calcaire du Gros Cerveau. Il a été créé par Georges Delille en 1963, séduit par ce site enchanteur avec une petite bastide au milieu de quelques vignes abandonnées, d'oliviers séculaires et de fleurs cultivées. Terrassements, restauration des murs en pierres (ou restanques), repos des terres puis plantation, il fallut attendre plus de 10 ans pour reconstituer un vignoble. C'est en 1975 que la cave fut construite, suivant les meilleurs principes oenologiques en respectant la noblesse du raisin et du vin. La cave fut enterrée pour permettre la vinification par gravité et l'élevage des vins dans les meilleures conditions. En 1980, c'est la commercialisation des premières bouteilles. C'est également l'année où son fils Reynald intégra le Domaine après ses études d'oenologie. Le domaine s'est enrichi d'un label "Vin issu de l'Agriculture Biologique" certifiée par Qualité France. Vous ne pourrez qu'apprécier ce Bandol rouge Terroir du Trias 2009 (Mourvèdre 85%, Gre- nache 10% et Cinsault 5%, moyenne d'âge des vignes : 25 ans, égrappage total, cuvaison 15 à 21 jours en cuve fermée, macération par remontages, élevage en foudre de chêne de 50 à 60 hl pendant 18 mois), riche en couleur, classique et concentré, alliant finesse et structure, de bouche pleine, de belle matière, aux tanins fermes, au nez dominé par la griotte et les sous-bois, de garde. Le Bandol rosé, de robe brillante rose clair, allie fraîcheur et charpente, tout en bouche, avec des arômes subtils et persistants, un vin tout en nuances comme ce Bandol blanc 2013, qui possède une originalité certaine, l'un des meilleurs de l'appellation, très distingué, alliant finesse et structure.

M. Delille

83190 Ollioules
Téléphone :04 94 74 01 30
Télécopie :04 94 88 47 51
Email : domaine@terrebrune.fr
Site personnel : www.terrebrune.fr

VAUTRAIN-PAULET


Les archives de la maison ne sont pas complètes mais l’on retrouve un diplôme décerné en 1932, à l’occasion du “Marché aux vins de la Champagne” pour un vin blanc de 1931. L’essor commence après 1945 avec Robert Vautrain qui, ayant appris la vinification dans une grande maison d’Epernay, crée sa propre maison. Son fils Jean-Claude épousant une fille de vigneron crée également en 1960 sa maison, le Champagne André Paulet. Les deux maisons fusionnent en 1982. Le vignoble a été constitué sur les terroirs d’Aÿ et de Dizy avec 45% de Pinot noir, 40% de Chardonnay et 15% de Pinot meunier. La moitié de la production de raisin est vendue à une célèbre maison rémoise. C’est aujourd’hui la cinquième génération qui dirige cette maison familiale de 11 ha. Vous aimerez ce Champagne brut Premier cru Millésime 2005, ample, puissant en bouche mais tout en élégance, avec des connotations de noisette et d’abricot sec, de mousse fine, c’est une cuvée intense et typée, vraiment séduisante. Superbe 2002, qui associe richesse aromatique et ampleur en bouche, avec des connotations de noisette et d’abricot sec, d’une grande persistance au palais. Tout en raffinement, la cuvée Grande Réserve Premier Cru, dominée par le corps du Pinot noir (60%, auquel s’associe la fraîcheur du Chardonnay, 40%), de robe jaune or, au nez de narcisse, avec une bouche très parfumée aux nuances florales et miellées, est un Champagne charmeur et intense. Le Premier Cru Brut rosé est très réussi, de jolie robe, au nez subtil, de jolie mousse, aux arômes de fraise, d’une belle ampleur, de bouche vineuse avec des nuances crémeuses et persistantes. Séduisant Blanc de blancs, dominé par la fraîcheur du Chardonnay, une cuvée généreuse et harmonieuse, de mousse fine, à déboucher sur une  truite citronnée en papillote. Goûtez aussi le Champagne Carte Blanche Premier Cru, riche et complexe, frais et charpenté à la fois, tout en bouche, aux nuances où dominent la rose et le miel, un Champagne intense, de mousse crémeuse, de jolie robe dorée.

Arnaud Vautrain
147-195, rue du Colonel-Fabien
51530 Dizy
Téléphone :03 26 55 24 16
Télécopie :03 26 51 97 42
Email : contact@champagne-vautrain-paulet.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/vautrain-paulet
Site personnel : www.champagne-vautrain-paulet.fr

CHATEAU TOULOUZE


Les terres du Château Toulouze dépendaient d’un vaste ensemble foncier, propriété du Château de Vayres. Ce dernier édifié au XIIIème siècle à l’emplacement d’un « oppidum » gallo-romain dominant la Dordogne, fut une des résidences du roi Henri IV. La propriété dans sa forme actuelle, 27 ha d’un seul tenant, bâtiments et vignoble, correspond à ce qui subsiste d’un vaste domaine viticole et d’élevage de plus de 70 ha, édifié à la fin du XVIIIème siècle, à la suite de la révolution française et démantelé petit à petit par le jeu des successions. Le vignoble totalement restructuré en 1986, commence à exprimer la montée en puissance de l’expression du terroir. Cela donne des vins à la chair plus ample, généreuse, fruités mais avec des tanins élégants empreints de finesses. Des vins équilibrés et harmonieux, que l’on peut déguster jeunes après une large aération en carafe, mais qui offrent selon les millésimes un excellent potentiel de garde, en moyenne de 10 à 15 ans. Découvrez ce Graves de Vayres Grande cuvée 2009 (Merlot majoritaire, 20% de Cabernets, vendanges manuelles et tardives pour rechercher la maturité, élevage 12 mois en 1/2 muids de chêne, mise en bouteille 18 mois après les vendanges, filtration douce), avec ces notes caractéristiques et très persistantes de groseille, de fumé et d’épices, aux tanins denses et mûrs à la fois, un vin de bouche ample, d’excellente garde. Beau 2008, charpenté, bien charnu, avec des senteurs de prune et de groseille, gras, aux tanins savoureux, qui dégage en bouche des connotations de cerise noire et d’humus, de garde.

Jérôme et Alain Cailley
10/12, rue de la Ruade
33450 Saint-Sulpice-et-Cameyrac
Téléphone :05 56 30 85 47
Télécopie :05 56 30 87 29
Email : chateautoulouze@vinsdusiecle.com
Site : chateautoulouze
Site personnel : www.chateauxcailley.com


> Nos dégustations de la semaine

Domaine de L'ESCATTES


Situé au creux d'une vallée où règne un micro-climat, frais pour la région, ce domaine est composé de 25 ha. Le vignoble s’étend sur deux terroirs bien spécifiques : les vins du Languedoc, issus de sols situés sur des terrasses argilo-calcaires en pleine garrigue (terroir chaud et sec), et les alluvions de pied de colline, faits de marne argilo-calcaire où les pluies d’hiver viennent déposer l’érosion des garrigues (terroir frais et humide), qui composent les vins de pays. Les vignes sont en conversion vers l'Agriculture Biologique depuis 2010 : les sols sont travaillés mécaniquement de manière à ne pas utiliser de désherbant chimique, et le recours aux produits phytosanitaires est limité au strict nécessaire (cuivre et soufre).

Beau Languedoc La Combe rouge 2011, Syrah très majoritaire et 15% de Grenache noir. Terrasses argilo-calcaire en bordure de garrigue. vignes âgées de 27 ans. Récolte manuelle, levures indigènes, vinification en grappes entières en cuve bois. Macération longue (21 jours), pigeages manuels, élevage de 12 mois, vin ni collé ni filtré... Un vin de robe grenat, au nez concentré (violette et cassis cuit), aux tanins fondus mais très présents, complexe, charnu en bouche (12,50 €).

Le Languedoc Héritage rouge 2011, 60% Syrah et 40% de Grenache noir. vignes âgées de 30 ans. vinification traditionnelle avec éraflage macération moyenne de 10 à 15 jours, cépages vinifiés séparément puis assemblés. levures indigènes, élevage de 24 mois en demi-muids... dégage des senteurs de garrigue et de petits fruits rouges (fraise, myrtille), un vin de bouche complexe et intense, aux tanins fermes et bien équilibrés, de bouche dense et persistante (10 e). Goûtez le Languedoc Tradition rouge 2012, plus rond, de couleur soutenue, corsé et classique, riche en arômes.
Robelin Père et Fils

MÉDOT


Fondée en 1899 par Jules Médot, la Maison est restée dans la famille du fondateur durant 5 générations. Aujourd’hui, elle exprime sa différence et sa personnalité au sein d’un petit groupe familial champenois, que dirige Thierry Lombard (voir Champagne Lombard).
Loin des modes et tendances actuelles, le Champagne Médot affiche un souci permanent du travail bien fait, dans le respect de ses idées, et revendique son côté très traditionaliste pour rester fidèle à son style forgé au fil du temps. La gamme reflète bien ce caractère, que les amateurs Britanniques qualifient amicalement de “Nicely Old Fashioned”. Pour élaborer ses cuvées, la Maison a pris le parti d’associer au savoir-faire ancestral et aux compétences humaines, des outils de production garants d’une belle régularité qualitative, tels qu’une cuverie inox thermo-régulée, des gyropalettes, et des chaînes de dégorgement, de dosage et de bouchage très performantes, en restant fidèle à ses assemblages marqués par le Pinot Meunier, cépage prédominant de la Montagne de Reims Ouest.
Les cuvées de notre Maison Champagne Médot, me précise Thierry Lombard, sont dominées par des assemblages de Pinot Meunier des terroirs spécifiques de la Montagne de Reims, c’est d’ailleurs ce qui a toujours fait sa réputation. Des vins plutôt ronds, fruités, très agréables après deux ans de vieillissement en caves. Le Médot Millésime 2005, de robe scintillante, séduit par ses notes d’amande et de miel, un Champagne ample, structuré, d’une belle finale. Le Médot 2006 est dans la lignée du 2005.
Ce sont des Champagnes d’une belle richesse et d’une belle maturité à apprécier maintenant. Notre volonté est de poursuivre la belle évolution qualitative de cette maison.”
On retrouve cela dans le beau Champagne brut Confidence, parfait sur des alliances rares (foies gras, salades de truffes fraîches, viandes blanches et roses et pourquoi pas un vieux parmesan...). Remarquable brut Centenaire Royal Premier Cru, où le Pinot prête à l’assemblage sa noblesse, sa finesse étant assurée par le Chardonnay prépondérant. Le brut Premier Cru n’a rien à lui envier, avec une bouche puissante dominée par un caractère vineux et charpenté, aux nuances biscuitées et de pain d’épices.
Goûtez aussi le Excellent brut Rosé, issu d’un équilibre parfait entre le finesse du Pinot Noir, la rondeur fruitée du Pinot Meunier dont une petite partie de la récolte vinifiée en rouge, de mousse onctueuse et très fine, aux notes discrètes de fraise des bois et de framboise, distingué en bouche. Joli brut Tradition, dans lequel l’apport rond et fruité du Pinot Meunier, judicieusement contenu par la puissance et la finesse du Pinot Noir et l’élégance du Chardonnay, lui confèrent un caractère charpenté et équilibré teinté de raffinement. L’Extra Dry, de robe or clair, alliant finesse et structure, aux connotations de fleurs d’acacia, est très franc, tout en fraîcheur, tout en finesse, de mousse persistante. 

Thierry Lombard
1, rue des Cotelles - BP 118
51200 Épernay
Tél. : 03 26 59 57 40
Fax : 03 26 54 16 38
Email : info@champagne-lombard.com
www.champagne-lombard.com

Voir son classement dans le Guide des Vins
Accorder ce vin avec le plat idéal dans IdéeVins

Château le TUQUET


Au sommet. Un domaine de 120 ha (55 ha de vignes d’un seul tenant), dont l’implantation du vignoble et des bâtiments figure déjà sur les cartes royales de Belleyme au début du XVIIIe siècle. Autour d’une jolie chartreuse, édifiée en 1730 et embellie par Victor Louis, s’organisent des bâtiments d’exploitation en cour carrée dont la configuration classique a pu être préservée. Ce château est la propriété de la famille Ragon depuis 1963. D'importants travaux ont été faits dans les chais en 1991 : 3 200 hl de cuverie Inox supplémentaires, construction d'un nouveau chai à barriques, thermorégulation de l'ensemble de la cuverie et climatisation des locaux de stockage.
Dans la première édition du Féret (Ch. Cocks 1868) Le Tuquet est classé premier vin de la commune de Beautiran, ce qui sera confirmé par les éditions successives jusqu'à aujourd'hui. À la fin du XIXe siècle, le domaine appartient à la famille du Père de Foucauld qui y séjournera à plusieurs reprises avant son départ pour le Maroc. Il a appartenu ensuite à une grande maison du négoce bordelais, puis fût racheté en 1963 par la famille Ragon, toujours propriétaire.
Savoureux Graves rouge 2012, bien structuré, de bouche puissante, un vin dense, coloré et corsé, très harmonieux, riche et bien fondu en bouche. “En 2012, le cycle a démarré lentement avec un hiver très froid, puis s’est précipité avec le radoucissement et la pluie au printemps, me dit Alice de la Haye. Ensuite, durant l’été relativement sec, je n’ai pas eu à souffrir d’échaudage, mais, lors des vendanges, il a fallu passer entre les gouttes et cela a été la course avec des journées de vendanges très intensives. Les maturités étaient très belles, je n’ai pas de gros rendements (42 hl/ha) donc pas d’entassement, je n’ai pas eu de pourri, la vendange était très saine. Je suis vraiment contente du 2012. Avec ce climat capricieux, on s’en est bien sorti ! Nous avons ramassé les blancs sans pluie et les rouges pratiquement aussi. On ne peut pas avoir que de la malchance: en 2009, j’ai grêlé à 97%,... Cette année, j’avais de beaux degrés et une belle maturité. Les malolactiques se sont faites sans problème.
En ce qui concerne le millésime 2011, je trouve que l’on a été très sévère avec lui. Il a probablement pâti de l’engouement pour le 2010, mais on ne l’a pas aidé, une certaine presse l’a critiqué dès le départ; bien sûr, il est arrivé derrière deux millésimes extraordinaires, mais, vraiment, on a été très injuste envers ce millésime. Pourtant, les blancs sont magnifiques et j’ai même eu une médaille ! Ils sont très élégants, et je m’applique beaucoup sur mes blancs parce qu’en vieillissant, ils sont divins... alors que j’ai longtemps préféré les rouges, je les apprécie de plus en plus, je suis très sensible à l’élégance des arômes. Pour les rouges 2011, j’avais de belles concentrations et de belles maturités également, ils se comportent très bien et sont déjà très agréables. Pour moi, un millésime est fini quand le vin est fini, les vinifications et l’élevage sont très importants et il ne faut pas rester sur des avis approximatifs de début de vendanges, chaque millésime a sa place. Je commence à les commercialiser car je n’ai plus de 2009, et j’ai pratiquement terminé le 2010.”
Superbe 2011, aux tanins mûrs et fermes à la fois, au nez complexe et subtil dominé par les fruits macérés et l'humus, de bouche fondue mais puissante. Le 2010, avec un bouquet persistant et corsé, des arômes de sous-bois et de griotte, fondu, de bouche dense, légèrement épicée, aux tanins riches et veloutés à la fois, complexe, très réussi, de garde, bien sûr. Le 2009, de couleur profonde, au nez où dominent le cassis bien mûr et les sous-bois, alliant concentration aromatique, ampleur des tanins et distinction en bouche. Excellent 2008, un vin avec beaucoup de structure, tout en bouche, bien équilibré, au nez de cerise confite et d’humus, de charpente élégante, de fort bonne garde. Le 2007, intense au nez comme au palais, est très parfumé (groseille, humus) et persistant, d’un bel équilibre, de robe grenat. Le 2006, de couleur intense aux reflets noirs, un vin généreux, avec des senteurs de fruits rouges et d’épices, des tanins bien enrobés, très classique et vraiment remarquable actuellement. Le Graves blanc 2013, élevage en cuves sur lies, tout en finesse, aux nuances d’abricot et de grillé, d’un bel équilibre, aux senteurs persistantes de fruits frais et d’une très jolie finale. Beau 2012, tout en persistance, où dominent les épices et l’amande, dégage une bouche franche et fraîche, marquée par la pêche blanche.
Paul Ragon et Alice de la Haye

> Les précédentes éditions

Edition du 07/07/2015
Edition du 30/06/2015
Edition du 23/06/2015
Edition du 16/06/2015
Edition du 09/06/2015
Edition du 02/06/2015
Edition du 26/05/2015
Edition du 19/05/2015
Edition du 12/05/2015
Edition du 05/05/2015
Edition du 28/04/2015
Edition du 21/04/2015
Edition du 14/04/2015
Edition du 07/04/2015
Edition du 31/03/2015
Edition du 24/03/2015
Edition du 17/03/2015
Edition du 10/03/2015
Edition du 03/03/2015
Edition du 24/02/2015
Edition du 20/02/2015
Edition du 01/10/2013
Edition du 24/09/2013
Edition du 17/09/2013
Edition du 10/09/2013
Edition du 03/09/2013
Edition du 27/08/2013
Edition du 20/08/2013
Edition du 13/08/2013
Edition du 06/08/2013
Edition du 30/07/2013
Edition du 23/07/2013
Edition du 16/07/2013
Edition du 09/07/2013
Edition du 02/07/2013
Edition du 25/06/2013
Edition du 18/06/2013
Edition du 11/06/2013
Edition du 04/06/2013
Edition du 28/05/2013
Edition du 21/05/2013
Edition du 14/05/2013
Edition du 07/05/2013
Edition du 30/04/2013
Edition du 23/04/2013
Edition du 16/04/2013
Edition du 09/04/2013
Edition du 02/04/2013
Edition du 26/03/2013
Edition du 26/03/2013
Edition du 19/03/2013
Edition du 12/03/2013
Edition du 05/03/2013
Edition du 26/02/2013
Edition du 19/02/2013
Edition du 12/02/2013
Edition du 05/02/2013
Edition du 29/01/2013
Edition du 22/01/2013
Edition du 15/01/2013
Edition du 08/01/2013
Edition du 01/01/2013
Edition du 25/12/2012
Edition du 18/12/2012
Edition du 11/12/2012
Edition du 04/12/2012
Edition du 27/11/2012
Edition du 20/11/2012
Edition du 13/11/2012
Edition du 06/11/2012
Edition du 30/10/2012
Edition du 23/10/2012
Edition du 16/10/2012
Edition du 09/10/2012
Edition du 02/10/2012
Edition du 25/09/2012
Edition du 18/09/2012
Edition du 11/09/2012
Edition du 04/09/2012
Edition du 28/08/2012

 



Château CORNEMPS


Château HAUT-LAGRANGE


Domaine GUIZARD


Château Les GRAVES de LOIRAC


De TELMONT


Cave Les Vins de ROQUEBRUN


Château La MARZELLE


Gérard TREMBLAY


Domaine La CHRÉTIENNE


Pierre ARNOULD EARL


GODINEAU Père et Fils


Château PIRON


Château de PIOTE


Château PLANTIER ROSE


SIMART-MOREAU


Charles MIGNON



DOMAINE FRANCOIS BERTHEAU


DOMAINE CRET DES GARANCHES


DOMAINE DE MONTS LUISANTS


DOMAINE DE ROSIERS


SCEV CHAMPAGNE MICHEL ARNOULD ET FILS


SCEA CHATEAU CAILLIVET


DOMAINE GUIZARD


SCE DU CLOS BELLEFOND


DOMAINE ALARY


CHATEAU DES PEYREGRANDES


CEDRIC CHIGNARD



 

 

© SARL MALTA. Reproduction interdite - Mentions légales